Canals (Commune de Cornus)

Le vieux Pouillé du XVe siècle porte sous le n° 22 : « CANALZ, Prioratus regularis ordinis sancti Benedicti : Prior proesentat vicarium et Dominus instituit ». Prieuré régulier de l’ordre de St Benoît ; le Prieur présente le recteur et l’Evêque lui donne l’institution canonique.
Entre les années 1065 et 1066, au mois de mai, Frotard de Cornus, donne à Odolric, abbé de Conque, l’allen des Enfruts et les apendaries des Menudes, de Mal-Pajol et de Nègre-Boissière et une autre apendaire dans la villa des Enfruts.
Il est dit que cette villa donne 8 pourceaux valant chacun 8 deniers Raimondencs, 5 sols et 8 deniers de monnaie, 4 boisseaux d’avoine, le gîte pour 15 cavaliers, 9 gélines, une épaule (probablement de cochon), et deux fromages de chaque cabane (= cave à fromage).
Il donne en outre les manses de l’église de Bouysse (Mensiones de Ecclesia de Boxia.) (Il est à peu près certain que l’église de Boxia désigne Saint-Amans de Bouysse dans la vallée de la Dourbie près de Monna. Quoique le livre de l’Epervier mentionne la « Parochia delz Enffrus XVI foc. » dans la liste des paroisses de la baillie de Millau en 1340, il est probable que le mot Parochia ne veut pas dire paroisse proprement dite, mais seulement une section de paroisse.)
Le susdit allen est situé dans le conte de Rodez et dans la paroisse de Saint martin de Canals. « Et est iste supra scriptus alodes in comitatu Ruthenico, in parochia Sancti Martini de Canals. »
(Cartulaire Conques, Ch 399).
En vertu de cette donation, les moines de Conques prétendaient avoir des droits sur l’église de Canals ce que contestait le monastère de Joncels. Le différent fut réglé dans un plaid tenu à Saint-Martin du Caylar (Hérault) en 1122, qui adjugea à Joncels l’église de Canals.
(Fisquet, France Pontific. Montpellier, II, p.244)
En 1135 le pape Innocent II confirma au Monastère de Joncels la donation de l’église de Canals, ainsi que de celles de Saint Julien de Molières, de Saint Christophe de Druille (Eglise aujourd’hui disparue : la première était à Saint Julien entre Saint-Maurice de Sorgue et Saint-lô, et la seconde à Dreuilhe près de Sylvanès.) et de Notre-Dame de Taurlac, comme l’avaient fait précédemment les papes Grégoire VII et Pascal II (Fisquet, ibid. pg. 244). Or comme Grégoire VII régna de 1073 à 1085, la donation de l’église de Canals était antérieure à 1085.
Malgré la sentence de 1122 et la bulle du pape Innocent II adjugeant Canals à l’abbaye de Joncels, les moines de Conques durent continuer à réclamer l’église de Canals, puisqu’une bulle d’Innocent IV, du 28 avril 1245 qui se trouve dans la collection Doat, dont le sommaire a été donné par Verlague-Rigal, page 252 (7), confirme à l’abbaye de Conques l’église de Canals. Mais dans la suite Conques dut renoncer à ses prétentions, car les pouillés du XVe siècle et de 1729, attribuent à Joncels la paroisse de Canals.
Joncels était une abbaye bénédictine du diocèse de Béziers, très ancienne, dont l’origine et le fondateur sont inconnus. Ruinée par les Sarrasins, elle fut relevée par Pépin le Bref, la 16e année de son règne (768). Ce monastère, dont H. de Barreau ignorait l’emplacement, a donné naissance au village actuel de Joncels, halte de la voie ferrée de Montpaon à Bédarieux, entre la station des Cabrils et celle de Lunas.
En 1261, Jourdain de Montpaon, abbé de Joncels, contracta avec Vivian, évêque de Rodez, pour les dîmes militaires et épiscopales, dites Noves de Saint-Martin de Canals. (Fisquet)
Le même abbé Jourdain fut un des arbitres choisis par l’abbé de Nant et le prieur de Cassan en 1200, pour terminer un différent élevé entre les deux monastères au sujet du terroir des Aussédals et le bois Monezil dans la juridiction de l’Hospitalet.